Nous sommes des millions à en porter chaque jour. Pour certain(e)s accessoire de mode, pour d'autres engin de torture, le talon se décline en une multitude de modèles. Mais connaissez vous son histoire?

La chaussure à talons existe depuis la nuit des temps : on en retrouve la trace dès l'Antiquité, en Grèce et en Egypte, notamment, où les bouchers portent des pantoufles à plateforme pour eviter d'entrer en contact avec le sang. Au moyen âge, les gens portent des soles en bois, précurseurs du talon haut (et mixte, donc car porté aussi bien par les hommes que par les femmes).

Le XVème siècle est marqué par l'apparition de la chopine, sabot à haute semelle compensée qui permettait de protéger ses habits de la boue, mais également, plus symboliquement d'éléver le statut de la porteuse!

Ensuite, la légende veut que Catherine de Médicis, toute petite, ait introduit le talon haut à la Cour de France, après en avoir porté lors de son mariage avec Henri II, en 1533.

Louis XIV, pour paraître plus grand et mettre en valeur ses mollets, pérpétue cette mode pendant son règne (1646-1715). Il porte alors de grands talons (jusqu'à 12cm!), en général de couleur rouge. Sous Louis XIV, les hommes et femmes de haut rang se devaient de porter le talon haut. Les souliers à talon de cette époque étaient ornés de dentelles, de rubans, voire de pierres précieuses, mais aussi de scènes diverses. On les appelle "venez-y-voir".

A la Révolution, les talons, alors symboles de noblesse, sont bannis. Ils reviennent à  la fin du XIXème siècle, et sont quasi exclusivement réservés aux femmes. Les bottier de l'époque reprennent la forme des talons Louis XV (cintrée et évasée). Les robes longues recouvrant la chaussure, celles-ci sont généralement assez fades; seuls les souliers "du soir" s'autorisent de la couleur. 

A partir de 1870, les bottiers utilisent des formes spéciales pour chaque pied, rendant les chaussures plus confortables puisqu'adaptées à l'anatomie de chacune.

Après la 1ère guerre mondiale, la classe bourgeoise peut se permettre d'acheter ou de faire confectionner de beaux atours, ainsi que les accessoires de mode coordonnés. Dans les années 20, les femmes s'émancipent, les jupes se raccourcissent et laissent entrevoir les chevilles. Les souliers deviennent alors de véritables accessoires de mode. Ils sont confectionnés dans une multitude de cuirs et de coloris, s'ornementent de paillettes et de motifs Art Déco. Ils deviennent également plus résistants et confortables, pour permettre aux dames de danser le charleston, le fox trot ou le one step.

Le talon aiguille apparaît dans les années 30, mais ne connaît vraiment le succès qu'à partir des années 50. Le talon porte le nom d'aiguille lorsqu'il est fin et haut.  Les talons étaient jusqu'alors confectionnées en plastique ou en bois. Ce n'est qu'en 1954 qu'un chausseur eut l'idée d'insérer une tige de métal à l'intérieur afin d'en augmenter la résistance. Après une baisse de popularité dans les années 80-90, ils reviennent en force au début des années 2000.

Voilà pour l'histoire On verra une prochaine fois les différents modèles de talons qui existent et que l'on peut trouver dans nos shoesings.

Que pensez vous de ce petit cours d'histoire?

Des bisous!